Ablution d’eau chaude

Un jour comme les autres en France, un cours d’anglais comme les autres à l’université, un auteur Indien, R.K Narayan, exercice de version.

Je propose de traduire « a single-room tenement » par un studio. Madame le professeur me fait remarquer que le terme est inapproprié à la réalité immobilière de l’Inde à cette époque, j’approuve, elle impose son anecdote. Il y a combien… au moins vingt ans de cela maintenant ? qu’elle partait en voyage en Inde. Au sud de l’Inde en plus, c’est le pire. Là-bas, c’était le Moyen-Age ! La misère. Les gens vivaient dans des sortes de huttes, et pilaient des choses dans des vases. Le Moyen-Age, assura-t-elle ! et c’était il y a vingt ans ! La misère ! Et elle était choquée, peut-être outrée, comme s’il eut fallu que ce soit différent, comme s’il n’était pas normal que l’humanité, ailleurs sur Terre, n’ait pas suivi la même voie que notre continent. Il y avait de l’empathie quelque part dans son ton, de voir des personnes douées des mêmes qualités que nous, enfermées encore dans ce qu’elle appelait la misère, le Moyen-Age. Une forme d’obscurantisme. Comme si l’espèce humaine à travers nous, le continent européen, avait gagné des niveaux d’évolution humaine, et que les autres, ailleurs, qui ne pouvaient suivre, étaient à plaindre, car loin encore sur l’échelle du progrès.

Cette idée grasse comme de l’huile recouvre toutes les parois de l’esprit commun : nous pensons former une sorte d’accomplissement, perfectible certes encore, mais à la tête du mouvement humain. Notre histoire est l’échelle de celle des autres. Le Moyen-Age c’était il y a plus de 600 ans chez nous, alors ceux dont le mode de vie s’y rapproche encore (ou du moins se détache du notre) sont en retard. D’après cette même conception du progrès, les guerres en Syrie, Lybie, Mali avec toutes les atrocités qu’elles couvent sont perçues comme scandaleuses à notre époque, et appellent notre intervention comme s’il s’agissait d’un devoir. L’histoire contemporaine choque, révolte, traumatise, de même que le souvenir laissé par le carnage de nos guerres de religions il y a peut-être 400 ans. Qu’est-ce que 400 ans sur l’échelle de la vie terrestre ? Notre premier ancêtre serait né il y a 7 millions d’années. A chaque culture son rythme, à chaque culture ses choix. L’histoire n’a pas de fin, le temps ne nous prend pas pour repère, l’espace ne se déploie pas autour de nous. L’inde il y a 20 ans, ce n’était pas le Moyen-Age, c’était une partie de l’humanité, des êtres loin de toi, qui vivent différemment de toi. Tu n’es pas le centre du monde.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s